Service & FAQ Livraison gratuite à partir de CHF 60.00 15% code de réduction
Encore CHF 60.00 pour bénéficier de la livraison gratuite
CHF 0.00 Sous-total
Afficher le panier

Allaitement



Dernier produit consulté

Allaitement

Tout ce dont le corps d'une femme est capable est incroyable ! Tout d'abord il est offre toutes les conditions nécessaire afin que le bébé grandisse dans les meilleures conditions, et lorsque le bébé voit le jour, tout est prêt pour la parfaite alimentation du nourrisson : le lait maternel !

Pendant l'allaitement la bonne alimentation est donc très importante. Les besoins en nutriments augmentent, car ceux-ci sont partiellement transmis à l'enfant à travers le lait maternel, par exemple le calcium et autres minéraux. Vous trouverez ici des vitamines, minéraux et oligo-éléments spéciaux (par exemple du fer, des acides gras, magnésium et calcium) pour l'allaitement

Pourquoi l'allaitement est-il si important ?

Allaitement

L'allaitement est la phase pendant laquelle les mères nourrissent leur nourrisson au sein. Ce procédé est supposé construire la relation mère-enfant. De plus le lait maternel garantit au nourrisson une alimentation riche en nutriments essentiels, combinés en une température optimale.

Dans les premiers cinq jours après la naissance, on ne parle pas de lait maternel mais de colostrum, qui, par sa haute concentration en protéines, ne représente que quelques milimètres. Ces protéines sont principalement constituées d'hémoglobine, le colostrum renforce donc particulièrement le système immunitaire du nourrisson. Après les cinq premiers jours de l'allaitement, le volume de lait augmente et sa composition change en fonction des besoins de l'enfant. La concentration en protéines diminue alors que que la concentration en matières grasses, lactose et énergie augmente.

Le nourrisson n'assimile qu'une partie réduite des vitamines D et K dans la première année de sa vie. Pour cette raison, on prescrit à tous les nourrissons en Allemagne des compléments en vitamines. De plus, au cours des examens pédiatriques (1, 2 et 3), le médecin administre d'importantes doses de vitamines K (oralement) ou par voie parentérale (infusions sanguines). A partir de l'âge de 4 mois, le besoin en fer d'un nourrisson ne peut plus être couvert par le lait maternel. C'est pourquoi à partir de cet âge là un régime solide doit débuter, accompagné par la fin de l'allaitement.

Les avantages pour l'enfant

Les avantages de l'allaitement pour les enfants sont évidents : le risque de la mort subite du nourrisson est moins haut pour les nourrissons allaités. L'allaitement a également des effets de long terme sur la santé des enfants allaités. Ainsi ces enfants sont moins souvent malades, car les anticorps précieux qu'ils ont assimilés grâce au lait maternel (par exemple lactoferrine et lysozyme) leurs assurent un système immunitaire plus fort. De plus l'allaitement améliore la flore intestinale de l'enfant, diminuant les risques de maladies chroniques (comme diabète mellitus, la maladie coeliaque, la maladie de Crohn). Le risque de surpoids à un âge plus avancé est également moindre chez les enfants allaités. L'allaitement contribue également au développement de la mâchoire et des neurones de l'enfant.

Allaiter présente également des avantages pour la mère : pendant cette période, l'hormone oxytocine est sécrété. Cet hormone accélère la reformation de l'utérus et renforce le bien-être de la mère. Les femmes qui ont eu au moins une période d'allaitement dans leur vie dont moins à risque en ce qui concerne les cancers du sein et l'ostéoporose. De plus la sécrétion de l'hormone oxytocine accompagne l'assimilation de calcium par les os.

Apports journaliers recommandés pendant l'allaitement

L'organisation allemande pour l'alimentation (DGE) observe pendant l'allaitement jusqu'à 4 mois une augmentation de 635 calories par jour. A partir du 4e mois, le besoin en énergie est augmenté de 525 calories et de 285 cal pour l'allaitement partiel. Le besoin de nutriments essentiels tels que le calcium et les vitamines B6 augmente également. Ainsi pendant l'allaitement il est conseillé de préconiser une alimentation saine et riche en nutriments.

Les oligo-éléments remplissent des fonctions diverses dans le corps humain. Le sélénium par exemple accompagne une fonction normale de la thyroïde. De plus le sélénium ainsi que le zinc aident le bon fonctionnement du système immunitaire. Le minéral fer joue un rôle dans la division cellulaire et accompagne la formation de globules rouges et d'hémoglobine.

Ce qu'il faut préconiser dans l'alimentation

Pendant l'allaitement il faut faire attention à éviter des aliments très arômatiques tels que l'ail ou le piment. Même les traces minimes de goût et matières protéines se retrouvent dans le lait maternel. Dans certains cas, ces protéines exogènes dans le lait maternel peuvent occasionner des allergies chez l'enfant. Les symptômes sont des réactions de l'épiderme, des coliques, des difficultés respiratoires ou des pleurs excessifs.

Deux à trois pourcent des nourrissons allaités développent une allergie au lait de vache. Pour cette raison il est conseillé aux mères allaitant de ne pas consommer plus de lait de vache que pendant la grossesse. Pour assurer un apport suffisant en calcium, des substituts tels que les amandes et les légumes vert foncés tels que le brocoli. Il est tout de même conseillé de faire attention à la concentration en acides oxaliques présents dans les épinards, car ils empêchent une bonne assimilation du calcium. D'autres types de lait, comme le lait de chèvre ou de mouton peuvent occasionner des allergies. Le lait restant la source la plus importante de calcium, il est conseillé de ne se priver de lait que lorsqu'une allergie est effectivement déterminée chez l'enfant.

La viande de poulet et les fruits à coque sont également suspectées d'occasionner des allergies chez les nourrissons. Lorsqu'une allergie est déjà diagnostiquée chez un autre membre de la famille, la mère doit faire particulièrement attention à ne pas consommer des aliments en question.